tartochuc

Une révélation. Sans vouloir verser dans d'inutiles exagérations, la tartochuc avec des pommes, c'est une révélation; un peu long à faire peut-être, mais en utilisant de la pâte à pain achetée directement chez le boulanger, on zappe le plus long. Avec 250g de pâte à pain, donc, achetée chez mon boulanger, oubliée au congélateur et décongelée dans un grand mouvement de vidage de congèl, j'ai obtenu une sorte de tatin à l'envers. Une tarte à l'endroit, donc. Oui, oui, c'est un nouveau concept.

Tartochuc avec des pommes

  • 250g de pâte à pain

  • quatre pommes, variété "canada grises", très important, voir ci-dessous

  • 15cl de crème fraîche liquide

  • 50g de beurre

  • 100g de sucre

Eplucher et couper les pommes en dés. Les faire cuire doucement avec le beurre et la moitié du sucre, jusqu'à légère caramélisation (ça peut être long, moi ça m'a pris 20mn à feu doux).

Etaler uniformément la pâte et la placer dans un moule à tarte de 23 cm de diamètre. Disposer dessus les dés de pommes, recouvrir avec la crème et le reste de sucre - ajouter un peu de cannelle si vous aimez - et mettre à four chaud (230°) préchauffé. Baisser à 160° au bout de 5mn et laisser cuire environ 15 à 20mn, jusqu'à ce que la garniture (crème et sucre) forme une crème homogène et cuite.

Déguster tiède, sans huile de palme.

NB: j'ai utilisé pour la première fois des canada grises et le résultat m'a beaucoup plu: les dés de pommes restent bien fermes sans se défaire en compote, et le petit goût acidulé se marie très vien avec le caramel (voir la photo de la bête ci-dessous).

tartochuc2

Pourquoi sans huile de palme? Vous vous souvenez de Marcel, le petit singe de Ross? C'était un petit singe, comme ceux que l'association Kalaweit essaie de sauver. Les gibbons d'Indonésie vivent dans la forêt primaire, aujourd'hui condamnée par la culture du palmier à huile. Les forêts sont coupées à ras, anéantissant le cadre naturel des animaux et des habitants de ces régions, éradiquant toute la faune et la flore de la forêt primaire sans espoir de reconstitution. La pauvreté est le sort réservé aux habitants de cette région qui perdent leur environnement naturel, détruit pour le bénéfice des propriétaires des sociétés d'exploitation des plantations de palmiers. Et la perspective des bio-carburants, dont l'huile de palme fait partie, fait miroiter des bénéfices considérables à ces sociétés.

Avec à la clé l'éradiquation de ces forêts. Sans le bénéfice du développement économique pour les habitants.